• Comment l'eau contenue dans le sol

    parvient-elle à monter jusqu'aux feuilles des arbres ?

     

    1) La capillarité.

     

    Plus le contenant est étroit, plus le liquide qu'il contient

    peut monter.

    Les vaisseaux des feuillus sont très fins :

    leur section ne dépasse pas 0,5mm.

    Les conifères font encore mieux dans la finesse

    avec une section de seulement 0,02mm.

     

    Cela ne suffit pas à expliquer comment l'eau parvient

    à plus de 100 m de haut.

    La capillarité permet tout au plus de monter d'1m.

     

    2) La transpiration.

     

    Les feuilles et les aiguilles évaporent d'abondantes quantités

    d'eau par transpiration.

    Jusqu'à plusieurs centaines de litres par jour

    pour un hêtre adulte.

    Il résulte du mécanisme un effet d'aspiration qui tracte

    vers le haut l'eau circulant dans les vaisseaux.

    Les molécules d'eau s'agrègent les unes aux autres

    par effet de cohésion et ainsi

    accrochées à la queue leu leu, se déplacent vers le haut.

     

    Mais cela ne suffit pas.

     

    3) L'osmose.

     

    Quand la concentration en sucre d'une cellule est

    plus élevée que celle de ses voisines,

    l'eau passe à travers les parois de la cellule où elle est

    moins concentrée vers la cellule

    pour obtenir un équilibre.

     

    C'est au printemps

    que l'on enregistre les tensions les plus fortes sur les colonnes d'eau.

    L'eau circule avec beaucoup d'intensité

    alors que les feuillus ne portent pas encore de feuilles.

     

    Alors quoi ?

    Nous sommes devant une énigme.

    Comment l'eau monte ?

     

    La nuit

    les troncs contiennent un maximum d'eau

    car la photosynthèse est en pause et

    le houppier transpire à peine.

    Les arbres en profitent pour se gorger d'eau,

    au point que cela entraîne un léger accroissement

    du diamètre des troncs.

    A l'intérieur des vaisseaux,

    l'eau est quasiment à l'arrêt, rien ne circule.

     

    De minuscules bulles de C02 se forment alors

    dans les fins tubes remplis d'eau.

     

    Donc adieu transpiration / capillarité pour

    explication de remontée.

     

    Alors comment l'expliquer ?

    Mystère.

     


    7 commentaires
  •  

     

    16 ans.

     

    17 septembre 2002

    la fourrière récupère une chatonne

    et la confie à la SPA La Briochine de Saint Brieuc.

     

    16 ans.

     

    16 ans.

     

    Personne ne veut l'adopter.

    Elle est beaucoup trop repliée sur elle-même.

     

    16 ans.

     

    11 juillet 2003

    je vais à la SPA et dis :

    Je veux la chatte que personne ne veut.

     

    On me répond : il y a bien elle, mais non, vous ne la toucherez jamais.

     

    J'ajoute en conclusion :

    Je me fous de ne pas la toucher.

    Elle sera mieux dans une cage de 50m² que dans celle de 1m² où elle est.

     

    16 ans.

     

    16 ans.

     

    6 décembre 2004

    Après avoir récupérer Yanoula à la même SPA

    Hafi-Paige, Eichane & moi

    nous quittons nos 50m² pour La Résultante.

     

    16 ans.

     

    Aujourd'hui Eichane a 16 ans.

    C'est immense et magnifique.

    Absolue bonheur.

     

    Très bel anniversaire ma fille.

     

    16 ans.


    33 commentaires
  • En cas de soif intense, les arbres commencent à crier.

     

    Un hêtre adulte peut propulser jusqu'à 500 litres

    d'eau par jour dans ses branches et ses feuilles.

     

    Tant que le sol en contient, il s'y emploie sans modération.

    L'humidité du sol serait toutefois rapidement épuisée si

    un pompage quotidien de cette importance se poursuivait en été.

     

    Les arbres qui poussent dans des sols  régulièrement approvisionnés

    en eau sont les premiers à souffrir. Comme rien ne freine jamais leur

    consommation, ils sont habitués à user et abuser de la ressource.

     

    Quand les feuilles persistent à réclamer de l'eau alors que le sol est

    asséché, il vient un moment où la tension dans  le bois déshydraté

    est trop forte. Le tronc éclate. L'écorce se déchire sur un mètre

    de long. La blessure lèse les tissus jusqu'au coeur de l'arbre.

     

    Les arbres crient leur soif.

    L'oreille humaine ne perçoit pas, ce sont des ultrasons.

     

    Les vibrations formant le sons, sont induites par la rupture

    du flux d'eau qui circule à l'intérieur de l'arbre

    entre les racines et les feuilles.

     

    Est-ce que ces cris de soif sont destinés à alerter

    le voisinage de l'imminence d'une pénurie d'eau ?


    15 commentaires
  • Chaque fois que Mai fait un article sur

    ses chenilles qui deviennent des papillons,

    je me pose une question ?

     

    Comment est-ce possible ?

     

    Comment une âme peut, à la fois, vivre dans un corps qui vit au sol

    puis dans un second qui vole ?

    Ce n'est pas possible.

     

    Ces deux êtres n'ont pas les mêmes sens,

    ils sont aux antipodes l'un de l'autre.

    ce n'est spirituellement pas possible.

     

    C'est aussi absurde que de faire

    l'année 1 de piano, puis l'année 2, puis la 3, la 4, la 5

    et ensuite entrée en 6ème années de saut d'obstacle.

    Non ce n'est pas possible.

    C'est une absolue aberration spirituelle.

     

    Et pourtant c'est possible puisque Mai a des chenilles puis se sont des papillons.

     

    Mais spirituellement ce n'est pas possible.

    Donc ce n'est pas vrai.

    Aucune chenille ne devient papillon.

     

    Je tourne en rond.

     

    Je vis avec ce problème depuis que je vais sur le blog de Mai.

    Aujourd'hui je n'ai plus de problème,

    aujourd'hui

    je SAIS que la logique spirituelle m'a fait relever un abus de langage,

    car vraiment non

    aucun papillon n'a été chenille avant.

    Non

    aucune âme ne passe d'une petite marcheuse à

    un être volant.

     

    Je le savais.

    Yes !

     

     

    Je vous explique la réalité des faits

    maintenant  que je l'ai enfin découverte.

     

     

    Dans un oeuf il y a un futur bébé,

    voilà la logique habituelle.

     

    Mais pas cette fois.

    Cette fois la symbiose démarre dès l'oeuf.

     ( symbiose = association biologique durable et réciproquement

    profitable entre 2 organismes vivants.)

     

    Dans cet oeuf là il y a une partie des cellules embryonnaires

    qui vont se développer pour donner une chenille.

    Chenille qui  porte en son corps des "bourgeons"

    d'embryons en attente de développement.

     

    Une chenille grossit toute sa vie.

    Quand elle est au stade maximal

    elle  va s'enfermer dans une nymphe comme une  momie égyptienne.

    Là tous les tissus de la chenille vont devenir liquide.

    Autrement dit, 

    quand une chenille sent sa mort,

    elle s'emmure dans son "sarcophage".

    Et le corps, comme tout corps mort

    va se décomposer entièrement.

     

    Ce liquide de décomposition va devenir

    bouillon de culture du deuxième personnage : le papillon.

    Les bourgeons d'embryon jusqu'alors en attente

    vont se développer pour donner naissance

    à un nouveau corps pour une nouvelle âme.

     

    Il y a deux êtres vivants qui se succèdent.

     

    En quoi l'un est utile à l'autre, et inversement ?

     

    La chenille est utile au  papillon

    puisque que ses tissus nourrissent le bébé en formation

    et

    le papillon est utile à la chenille

    puisqu'une chenille n'a aucune sexualité,

    donc sans papillon pas de nouvelle génération de petite marcheuse.

     

    En gros les adultes d'une espèce

    permettent les bébés de l'autre espèce.

     

    Belle symbiose.

     


    29 commentaires
  • Toutes les araignées ne font pas des toiles, soient des pièges,

    mais toutes les araignées font des fils de soie.

     

    Si Stan Lee (scénariste) & Steve Ditko (dessinateur)

    avaient bien observé les araignées

    Spiderman n'aurait jamais sorti ses fils de ses mains,

    mais de ses fesses.

    Cela fait tout de suite bien moins élégant

    pour un super héros.

    Et pourtant, oui, les fils de soie des araignées sortent

    de tubes qui se situent à l'extrémité de leur abdomen.

     

    Ces tubes qui sont souvent au nombre de 6,

    possèdent à leur extrémité des micro-tubes

    qui se nomment Fusules.

     

    Une araignée a des dizaines, voire des centaines de fusules.

     

    Les petits fils de soie sortent des fusules.

     

    Donc ce que l'on nomme un fil d'araignée

    est en fait

    plusieurs dizaines de fils agglutinés les uns aux autres

    que l'on pourrait nommer corde,

    et cette corde est additionnée à 5 autres.

     

    Donc un "fil" d'araignée est constituée suivant la même logique

    que la laisse

    que Sergueï ne veut pas voir approcher

    de sa petit personne.

     

    Les araignées sont des usines à soie.

    Elles ont des glandes qui fabriquent et stockent de la soie liquide.

     

    Il y a de 3 à 8 types de glandes qui vont produire des soies différentes.

     

    Par exemple il y a

    les soies pour se déplacer,

    pour faire des toiles,

    pour entourer les oeufs.

     

    Il y a des usages différents et donc des soies différentes.

     

    La soie est liquide tant qu'elle n'entre pas en contact avec l'air.

    C'est ce contact qui la solidifie.

     


    22 commentaires
  • La tradition juive se dit davantage concernée

    par la souffrance des animaux que le christianisme.

     

    Selon la Torah :

    " Il est interdit d'infliger de la douleur

    à toute créature vivante. Au contraire,

    il est de notre devoir de soulager la

    douleur de toute créature. "

     

    Dans le Talmud on lit :

    " Une grande importance est attachée

    au traitement humain des animaux. "

     

    Selon certains spécialistes de la Torah,

    Dieu n'aurait donné la permission aux hommes

    de manger de la viande, à la suite du Déluge,

    qu'en raison de leur faiblesse, mais l'idéal

    serait qu'ils soient végétariens.

     

    David Rosen,

    ancien grand rabbin d'Irlande

    et

    président d'honneur de la

    Communauté juive végétarienne internationale

    et

    de la Société d'écologie,

    est un vigoureux critique de l'élevage industriel.

     

    Il affirme que le traitement infligé aux animaux

    par les méthodes de production commerciales

    modernes est si cruel que la viande produite dans

    ces conditions ne peut-être considérée comme

    casher. "En outre, fait-il valoir, le gaspillage des

    ressources naturelles et les dommages causés à

    l'environnement par la production de viande

    font un argument moral convaincant du point de

    vue du judaïsme pour l'adoption d'un régime

    végétarien."

     


    47 commentaires
  • Les arbres se synchronisent de façon

    que tous aient les mêmes chances de développement.

     

    Cela ne va pas du tout de soi.

    Chaque hêtre pousse à un emplacement particulier.

    Selon que le sol est caillouteux ou meuble,

    qu'il renferme beaucoup ou peu d'eau,

    qu'il offre une abondance de nutriments

    ou est très pauvre,

    sa qualité peut varier du tout au tout

    en l'espace de quelques mètres.

     

    Tous les arbres  ne bénéficient pas des mêmes

    conditions de développement ; certains vont pousser plus

    vite que d'autres et, par voie de conséquence,

    fabriquer plus  de glucides et de bois.

     

    Les arbres vont donc compenser mutuellement

    leurs faiblesses et leurs forces.

     

    Le rééquilibrage s'effectue dans le sol, par les racines.

    Les échanges vont bon train.

    Qui est bien nanti donne généreusement et

    qui peine à se nourrir reçoit de quoi améliorer son ordinaire.

     

    Les champignons, via leur immense réseau

    agit en machine géante à redistribuer.

     

    Dans ce contexte, les hêtres ne sont jamais trop serrés,

    bien au contraire.

    Plus ils sont proches les uns des autres,

    mieux c'est.

    L'espacement des troncs de moins de 1 mètre,

    leur convient très bien,

    mêmes si leurs houppiers demeurent petits et ramassés.

     

    Quand ils vivent en groupe serré,

    la répartition des substances nutritives et de l'eau

    entre tous les individus est optimale,

    si bien que chaque arbre parvient au

    meilleur développement possible.


    21 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique