• En cas de soif intense, les arbres commencent à crier.

     

    Un hêtre adulte peut propulser jusqu'à 500 litres

    d'eau par jour dans ses branches et ses feuilles.

     

    Tant que le sol en contient, il s'y emploie sans modération.

    L'humidité du sol serait toutefois rapidement épuisée si

    un pompage quotidien de cette importance se poursuivait en été.

     

    Les arbres qui poussent dans des sols  régulièrement approvisionnés

    en eau sont les premiers à souffrir. Comme rien ne freine jamais leur

    consommation, ils sont habitués à user et abuser de la ressource.

     

    Quand les feuilles persistent à réclamer de l'eau alors que le sol est

    asséché, il vient un moment où la tension dans  le bois déshydraté

    est trop forte. Le tronc éclate. L'écorce se déchire sur un mètre

    de long. La blessure lèse les tissus jusqu'au coeur de l'arbre.

     

    Les arbres crient leur soif.

    L'oreille humaine ne perçoit pas, ce sont des ultrasons.

     

    Les vibrations formant le sons, sont induites par la rupture

    du flux d'eau qui circule à l'intérieur de l'arbre

    entre les racines et les feuilles.

     

    Est-ce que ces cris de soif sont destinés à alerter

    le voisinage de l'imminence d'une pénurie d'eau ?


    15 commentaires
  • Chaque fois que Mai fait un article sur

    ses chenilles qui deviennent des papillons,

    je me pose une question ?

     

    Comment est-ce possible ?

     

    Comment une âme peut, à la fois, vivre dans un corps qui vit au sol

    puis dans un second qui vole ?

    Ce n'est pas possible.

     

    Ces deux êtres n'ont pas les mêmes sens,

    ils sont aux antipodes l'un de l'autre.

    ce n'est spirituellement pas possible.

     

    C'est aussi absurde que de faire

    l'année 1 de piano, puis l'année 2, puis la 3, la 4, la 5

    et ensuite entrée en 6ème années de saut d'obstacle.

    Non ce n'est pas possible.

    C'est une absolue aberration spirituelle.

     

    Et pourtant c'est possible puisque Mai a des chenilles puis se sont des papillons.

     

    Mais spirituellement ce n'est pas possible.

    Donc ce n'est pas vrai.

    Aucune chenille ne devient papillon.

     

    Je tourne en rond.

     

    Je vis avec ce problème depuis que je vais sur le blog de Mai.

    Aujourd'hui je n'ai plus de problème,

    aujourd'hui

    je SAIS que la logique spirituelle m'a fait relever un abus de langage,

    car vraiment non

    aucun papillon n'a été chenille avant.

    Non

    aucune âme ne passe d'une petite marcheuse à

    un être volant.

     

    Je le savais.

    Yes !

     

     

    Je vous explique la réalité des faits

    maintenant  que je l'ai enfin découverte.

     

     

    Dans un oeuf il y a un futur bébé,

    voilà la logique habituelle.

     

    Mais pas cette fois.

    Cette fois la symbiose démarre dès l'oeuf.

     ( symbiose = association biologique durable et réciproquement

    profitable entre 2 organismes vivants.)

     

    Dans cet oeuf là il y a une partie des cellules embryonnaires

    qui vont se développer pour donner une chenille.

    Chenille qui  porte en son corps des "bourgeons"

    d'embryons en attente de développement.

     

    Une chenille grossit toute sa vie.

    Quand elle est au stade maximal

    elle  va s'enfermer dans une nymphe comme une  momie égyptienne.

    Là tous les tissus de la chenille vont devenir liquide.

    Autrement dit, 

    quand une chenille sent sa mort,

    elle s'emmure dans son "sarcophage".

    Et le corps, comme tout corps mort

    va se décomposer entièrement.

     

    Ce liquide de décomposition va devenir

    bouillon de culture du deuxième personnage : le papillon.

    Les bourgeons d'embryon jusqu'alors en attente

    vont se développer pour donner naissance

    à un nouveau corps pour une nouvelle âme.

     

    Il y a deux êtres vivants qui se succèdent.

     

    En quoi l'un est utile à l'autre, et inversement ?

     

    La chenille est utile au  papillon

    puisque que ses tissus nourrissent le bébé en formation

    et

    le papillon est utile à la chenille

    puisqu'une chenille n'a aucune sexualité,

    donc sans papillon pas de nouvelle génération de petite marcheuse.

     

    En gros les adultes d'une espèce

    permettent les bébés de l'autre espèce.

     

    Belle symbiose.

     


    29 commentaires
  • Toutes les araignées ne font pas des toiles, soient des pièges,

    mais toutes les araignées font des fils de soie.

     

    Si Stan Lee (scénariste) & Steve Ditko (dessinateur)

    avaient bien observé les araignées

    Spiderman n'aurait jamais sorti ses fils de ses mains,

    mais de ses fesses.

    Cela fait tout de suite bien moins élégant

    pour un super héros.

    Et pourtant, oui, les fils de soie des araignées sortent

    de tubes qui se situent à l'extrémité de leur abdomen.

     

    Ces tubes qui sont souvent au nombre de 6,

    possèdent à leur extrémité des micro-tubes

    qui se nomment Fusules.

     

    Une araignée a des dizaines, voire des centaines de fusules.

     

    Les petits fils de soie sortent des fusules.

     

    Donc ce que l'on nomme un fil d'araignée

    est en fait

    plusieurs dizaines de fils agglutinés les uns aux autres

    que l'on pourrait nommer corde,

    et cette corde est additionnée à 5 autres.

     

    Donc un "fil" d'araignée est constituée suivant la même logique

    que la laisse

    que Sergueï ne veut pas voir approcher

    de sa petit personne.

     

    Les araignées sont des usines à soie.

    Elles ont des glandes qui fabriquent et stockent de la soie liquide.

     

    Il y a de 3 à 8 types de glandes qui vont produire des soies différentes.

     

    Par exemple il y a

    les soies pour se déplacer,

    pour faire des toiles,

    pour entourer les oeufs.

     

    Il y a des usages différents et donc des soies différentes.

     

    La soie est liquide tant qu'elle n'entre pas en contact avec l'air.

    C'est ce contact qui la solidifie.

     


    22 commentaires
  • La tradition juive se dit davantage concernée

    par la souffrance des animaux que le christianisme.

     

    Selon la Torah :

    " Il est interdit d'infliger de la douleur

    à toute créature vivante. Au contraire,

    il est de notre devoir de soulager la

    douleur de toute créature. "

     

    Dans le Talmud on lit :

    " Une grande importance est attachée

    au traitement humain des animaux. "

     

    Selon certains spécialistes de la Torah,

    Dieu n'aurait donné la permission aux hommes

    de manger de la viande, à la suite du Déluge,

    qu'en raison de leur faiblesse, mais l'idéal

    serait qu'ils soient végétariens.

     

    David Rosen,

    ancien grand rabbin d'Irlande

    et

    président d'honneur de la

    Communauté juive végétarienne internationale

    et

    de la Société d'écologie,

    est un vigoureux critique de l'élevage industriel.

     

    Il affirme que le traitement infligé aux animaux

    par les méthodes de production commerciales

    modernes est si cruel que la viande produite dans

    ces conditions ne peut-être considérée comme

    casher. "En outre, fait-il valoir, le gaspillage des

    ressources naturelles et les dommages causés à

    l'environnement par la production de viande

    font un argument moral convaincant du point de

    vue du judaïsme pour l'adoption d'un régime

    végétarien."

     


    47 commentaires
  • Les arbres se synchronisent de façon

    que tous aient les mêmes chances de développement.

     

    Cela ne va pas du tout de soi.

    Chaque hêtre pousse à un emplacement particulier.

    Selon que le sol est caillouteux ou meuble,

    qu'il renferme beaucoup ou peu d'eau,

    qu'il offre une abondance de nutriments

    ou est très pauvre,

    sa qualité peut varier du tout au tout

    en l'espace de quelques mètres.

     

    Tous les arbres  ne bénéficient pas des mêmes

    conditions de développement ; certains vont pousser plus

    vite que d'autres et, par voie de conséquence,

    fabriquer plus  de glucides et de bois.

     

    Les arbres vont donc compenser mutuellement

    leurs faiblesses et leurs forces.

     

    Le rééquilibrage s'effectue dans le sol, par les racines.

    Les échanges vont bon train.

    Qui est bien nanti donne généreusement et

    qui peine à se nourrir reçoit de quoi améliorer son ordinaire.

     

    Les champignons, via leur immense réseau

    agit en machine géante à redistribuer.

     

    Dans ce contexte, les hêtres ne sont jamais trop serrés,

    bien au contraire.

    Plus ils sont proches les uns des autres,

    mieux c'est.

    L'espacement des troncs de moins de 1 mètre,

    leur convient très bien,

    mêmes si leurs houppiers demeurent petits et ramassés.

     

    Quand ils vivent en groupe serré,

    la répartition des substances nutritives et de l'eau

    entre tous les individus est optimale,

    si bien que chaque arbre parvient au

    meilleur développement possible.


    21 commentaires
  • Chez les Bisnoïs, une relation éthique avec le vivant

    est au coeur de leur engagement spirituel.

     

    - Végétarisme absolu,

    - Interdiction de couper les arbres verts,

    - Devoir de fournir abri et nourriture aux animaux domestiques

    non productifs pour leur éviter l'abattoir,

    - Protection et nourrissage de la faune sauvage ...

     

    Tout cela fait partie intégrante de la notion de dharma

    dans le bishnoïsme.

     

    Le strict végétarisme des Bishnoïs est directement

    lié à des représentations socioreligieuses de

    pureté et d'impureté qui classifient et

    hiérarchisent les êtres et les choses. La catégorisation

    des espèces animales est donc établie en

    fonction d'une mise en miroir de ces notions de

    pur et impur, à mettre en parallèle avec les

    pratiques de végétarisme et de non-végétarisme,

    transposées dans ce contexte aux animaux.

     

    Ainsi, les Bisnoïs ne se sentent réellement en

    affinité qu'avec les bêtes non mangeuses de

    viande, à savoir les herbivores et les granivores.

    Les autres, les carnivores, qu'ils soient sauvages

    ou domestiques, sont considérés comme faisant

    partie d'une autre sphère et bien que les Bishnoïs

    reconnaissent leur rôle et leur utilité,

    en particulier ceux des animaux sauvages dans

    les écosystèmes, ils n'établissent pas avec eux

    le même genre de relation qu'avec les animaux

    qui sont végétariens et donc, par extension,

    considérés comme purs.

     

    Les Bishnoïs.

     

    Les Bishnoïs ne cherchent pas

    à apprivoiser les gazelles et les antipoles

    ni à en faire des animaux de compagnie, bien que

    celles-ci vivent en grand nombre sur leurs territoires.

    Et si les Bishnoïs prennent grand soin des

    jeunes animaux orphelins et sont fiers de souligner

    que leurs femmes peuvent allaiter les faons

    au sein lorsque besoin est, ils essaient autant que

     

    Les Bishnoïs.

     

    cela se peut de les remettre en liberté dès que

    possible. Cette manière d'être avec les gazelles

    depuis des siècles a permis, selon les Bishnoïs,

    que ces dernières les reconnaissent et se

    sentent en sécurité sur leurs terres. C'est ainsi

    qu'au Rajasthan les lieux où vivent les Bishnoïs

     

    Les Bishnoïs.

     

    sont aisément reconnaissables par la présence de

    ces animaux en grand nombre. Ceux-ci paissent

    paisiblement dans leurs champs et jusque très

    près de habitations sans que les dommages

    dans les cultures et les plantations soient perçus

    comme gênants. De fait, la majorité des Bishnoïs

    considèrent que les dégâts causés  ne sont

    pas importants comparé à cette possibilité

    d'affirmer et d'appliquer les règles du Bishnoïsme

    prônant le partage et la protection des animaux.

     

    Cette relation de parenté qui s'est instaurée

    entre ces hommes et ces animaux s'incarne de

    manière probante lorsque les Bishnoïs enterrent

    les gazelles et les antilopes tuées par des braconniers

    ou victimes d'accidents de la route et

    élèvent à leur intention des stèles commémoratives.

     

    Depuis 5 siècles,

    de manière exceptionnelle mais néanmoins

    récurrente, de nombreux bishnoïs ont donné leur

    vie pour protéger et défendre des animaux ou

    des arbres.

     

    Exemple : Dans la nuit du 29.01.14,

    un jeune homme est mort en s'interposant entre

    des gazelles et des braconniers.

     

    Le gouvernement indien a remis à sa famille

    un titre honorifique (= un Surya Award) ainsi qu'une

    compensation financière comme celle que reçoivent

    les familles de militaires morts en service.


    24 commentaires
  • C'est vrai ça ?

    Ils entendent comment les poissons ?

     

    Non seulement les poissons entendent bien,

    mais

    ils entendent bien mieux que nous.

     

    Nous, de chaque côté de la tête,

    nous avons des oreilles,

    eux ont des ouies.

     

    Ce sont des ouvertures par lesquelles,

    l'eau qui a été aspirée,

    est évacuée grâce aux mouvements des opercules.

     

    Il n'y a pas que de l'eau qui en sort

    chez les poissons qui cherchent leur nourriture dans la vase, le sable fin.

    Ils rejettent tout ce qu'ils ne consomment pas.

    .

    Ici, dans le 260

    régulièrement je vois

    Soca & shirin - Corydoras Aeneus -

    rejeter du sable par leur ouies.

     

    Les branchies étant sous les ouies,

    l'eau qui ressort par les ouies,

    est appauvrie de son oxygène, aspirée par les branchies.

    Aussi les poissons respirent.

     

    Alors comment, par quel moyen, entendent les poissons ?

     

    Ils ont une oreille interne.

     

    M'entends tu poissons ?

     

    Ils ont aussi une ligne latérale.

    ( Canal situé sur chaque flanc du poisson )

    C'est une succession de petits trous, de petits pores

    dans lesquels il y a un petit cil qui permet de capter les vibrations.

     

    M'entends tu poissons ?

     

    Je rappelle qu'un son est une vibration.

    Une vibration avec une fréquence très élevée,

    ce qui fait un bruit très aigu,

    ou une fréquence très très basse,

    ce qui fait que l'onde se transmet très loin.

     

    Les poissons qui vivent dans un milieu où on voit mal,

    ont développé une capacité à percevoir les sons,

    donc à percevoir les vibrations, donc à entendre

    infiniment meilleure que la nôtre.

     

    Nous sommes des infirmes dans l'eau,

    nous n'entendons rien.

    Les poissons eux entendent très très bien.

     

    l'eau transmet 4 fois mieux les sons que l'air.

     

    Les poissons reçoivent les sons de très loin,

    à la fois par leurs oreilles internes,

    et puis par leurs lignes latérales,

    mais souvent leurs organes sont liés à une poche d'air

    que l'on nomme vessie natatoire,

    qui fait caisse de résonance.

     

    Ils entendent donc la plus petite vibration.

     

    Pour communiquer,

    ils utilisent toutes sortent de sons.

    Les  poissons sont des êtres bavards.

     

    Le milieu aquatique est avant tout un milieu

    où les animaux communiquent par les sons.

     

    L'homme a l'habitude de décrire le monde comme il le voit, l'entend.

    Parce qu'il se croit complet.

    Hors il n'est qu'un  infirme.

    Il n'a accès qu'à une infime partie de ce qui est.

     

    La mer n'est " le monde du silence " que parce que

    l'homme est un mal-entendant.

    En vérité l'eau est un espace très très bruyant.

     


    25 commentaires

  • 39 commentaires
  • Bonjour chers écrivisiteurs,

     

    Certains d'entre vous, comme moi vont sur le site de l'association

    de l’hôpital de Perpignan.

    D'autres non.

     

    Ce jour  Jean Marc a fait cet article :

     

    Lettre ouverte à une ou à un lâche.

     

    Le coeur a ses raisons que la raison ignore comme on dit.

     

    J'en vois (comme vous)

    passer des histoires de destins tragiques.

    Pourquoi celle-là m'arrache plus le coeur

    que les autres,

    je ne le sais.

    Je sais juste une chose.

     

    L'avenir de Oxford c'est d'être un Résultonien.

     

    J'habite en Bretagne nord (22),

    il est sur la région de Perpignan (66).

     

    Il faut le faire remonter.

    J'ai donc besoin de vous pour créer

    un covoiturage.

     

    Qui veut entrer dans la chaîne  ?


    35 commentaires
  • J'ai froid, j'ai horreur de ça.

    Alors une couette, un chat, un autre chat,

    une autre couette,

    un galgo à gauche, une whippet à droite.

    Voilà ma solution pour lutter contre le froid.

     

    Plus sérieusement :

    Comment notre corps lutte contre le froid ?

     

    Commençons par le commencement :

    C'est quoi au juste le froid ?

    Le froid, comme la chaleur que nous ressentons

    correspond à l'agitation des molécules.

     

    L'air qui nous entoure  est constituée de molécules.

    Des molécules d'oxygène et des molécules d'azote principalement.

    Le soleil est responsable de  leur agitation.

     

    Plus les molécules sont agitées

    plus il fait chaud,

    moins elles le sont,

    plus il fait froid.

     

    Le problème est que nous sommes homéothermes,

    c'est à dire que nos organes vitaux

    exigent une température constante comprise entre 36°1 & 37°8.

     

    Notre corps produit de la chaleur.

    Il a donc besoin de carburant.

    Les aliments que nous mangeons se transforment en nutriments

    via notre système digestif.

    Les protides, lipides, glucides passent dans l'intestin

    puis dans le sang

    et finissent par arriver dans les cellules de l'organisme.

     

    L'oxygène que nous respirons entre également dans les cellules.

     

    La rencontre de ces 4 éléments au sein des cellules

    fournit de l'énergie nécessaire au fonctionnement

    de nos organes et de nos muscles

    et fait de l'énergie sous forme de chaleur.

     

    Quand notre corps est au repos,

    la production de chaleur est assez localisée :

    le coeur, le foie, les intestins, les reins et le cerveau.

    Via le sang qui circule dans tout le corps,

    l'ensemble de l'organisme est chauffé.

     

    Par exemple,

    un corps au repos dans une atmosphère à 25°C

    a ses pieds à 31°C, ses jambes à 34°,

    ses organes vitaux à 37°C et ses mains à seulement 28°C.

     

    Si maintenant ce corps s'anime, fait des mouvements,

    la chaleur des organes vitaux se diffusent plus fortement.

     

    La chaleur que notre corps produit se perd dans l'atmosphère.

    S'habiller revient à garder notre chaleur contre nous.

     

    Notre chaleur corporelle se dissipe dans l'air

    au niveau de la tête notamment,

    à raison de 30%.

    Il est donc aussi essentiel de porter un bonnet qu'un blouson.

    Le tronc est aussi une zone de déperdition importante.

     

    Les échanges thermiques se font toujours du chaud vers le froid,

    donc ce n'est pas l'air qui refroidit l'homme

    mais l'homme qui réchauffe l'air.

     

    La chaleur nous quitte par des rayonnements infra-rouge

    qui vont agiter les molécules de l'air au contact avec la peau.

    Celles-ci vont ensuite

    transmettent leur agitation aux molécules plus éloignées.

    S'habiller revient à isoler les molécules au contact avec la peau

    des molécules plus éloignées.

     

    L'ennui c'est que le vent traverse les textiles

    aussi l'air chaud prisonnière sous le pull

    est remplacé par l'air ambiant.

    Voilà pourquoi nous avons toujours plus froid

    quand il y a du vent.

     

    Exemple :

    Si il fait 0°C, que le vent souffle à 10km/h

    c'est comme si il faisait - 4°.

    A 20km/h cela donne l'effet de -10°C.

     

    C'est pour cela qu'il faut absolument mettre

    par dessus le vêtement, un coupe-vent.

     

    Pourquoi se refroidit-on plus vite lorsque nous sommes mouillés ?

     

    L'eau est plus dense que l'air.

    Les molécules sont plus proches les unes  des autres

    aussi

    il faut plus d'énergie pour les chauffer,

    vu qu'il y en a plus,

    du coup

    l'organisme va perdre d'avantage de chaleur

    dans l'eau que dans l'air.

     

    Ce n'est pas tout.

     

    Dans l'eau les molécules étant plus rapprochées

    les unes des autres,

    la chaleur va passer plus rapidement

    d'une molécule à l'autre,

    aussi les molécules d'eau en contact avec la peau

    vont perdre rapidement leur agitation,

    et donc l'énergie du corps va être plus fortement

    sollicitée à quitter le corps.

     

    Il faut vraiment éviter que la sueur se condense sous les vêtements.

     

    Qu'est-ce que la chair de poule ?

     

    C'est un réflexe.

    Les poils se redressent pour emprisonner de l'air

    et former à la surface de la peau

    une petite couche d'isolant thermique.

    L'humain d'aujourd'hui n'a plus de pilosité fournie

    aussi c'est devenu un réflexe vain.

     

    Et pourquoi frissonne-t-on quand on a froid ?

     

    Notre corps est couvert de thermorécepteurs.

    Certains sont sensibles au chaud,

    d'autres au froid.

     

    Quand la température chute, les thermorécepteurs s'activent.

    L'information remonte à l’hypothalamus,

    un centre nerveux du cerveau.

    C'est à ce moment que l'on éprouve la sensation de froid.

     

    C'est ce même hypothalamus qui gère notre température interne.

    Si elle chute, il déclenche les réactions

    frissons ou chair de poule.

     

    Les frissons sont de petites décharges électriques

    qui parviennent  jusque nos muscles.

    Cette activité produit 5 fois plus de chaleur

    qu'en temps normal.

     


    27 commentaires
  • Les 2 yeux d'une poule

    pèse aussi lourd que son cerveau.

     

     

    Alors que les être humains bougent

    leurs deux yeux pour observer une scène,

    les poulets déplacent leur tête

    pendant que leurs yeux effectuent de petits mouvements.

    Ainsi peuvent-ils percevoir le même objet à la faveur

    d'"instantanés" distincts les uns des autres

    mais répétés.

     

    Les yeux humains ne sont dotés que d'une seule fovéa,

    sur laquelle l'objet qu'ils fixent vient se projeter.

    Les poulets, eux, ne possèdent pas qu'une seule aire

    spécialisée dans la vision fine.

    Ils sont munis d'une bande rétinienne allongée

    horizontalement sur laquelle abondent les

    cellules photoréceptrices responsables du

    traitement de la lumière forte.

     

    De plus,

    ils peuvent regarder des objets

    dans leur champ latéral monoculaire

    ou bien dans leur champ frontal binoculaire

    et passer souvent de l'un à l'autre.

     

    Quand ils recherchent de la nourriture,

    c'est de cette façon qu'ils peuvent voir

    clairement les petites bouchées qui se

    présentent sur le sol immédiatement

    devant eux,

    tout en ayant simultanément

    une vue panoramique de l'environnement plus éloigné,

    ce qui leur permet de

    détecter des mouvements et un danger potentiel.

     

    D'une manière générale,

    les poulets passent de la vision latérale

    à la vision frontale lorsqu'ils s'approchent

    d'un objet.

    Comme ils peuvent utiliser chaque oeil de façon indépendante,

    ils peuvent changer d'oeil

    et

    fixer chacun à une distance différente.


    13 commentaires
  •  


    13 commentaires
  • Chez les chats et les chiens

    la puce électronique est un objet qui ressemble à un grain de riz.

    Elle est installée sous la peau de l'animal par un vétérinaire

    (moyennant finance)

    L'animal est ainsi inscrit sur un registre.

     

    Quand l'animal meurt,

    il faut prévenir ce même registre

    afin de rayer l'animal de la liste.

    (action gratuite).

     

    Le corps du défunt est remis au vétérinaire

    qui possède " une chambre froide",

    chez qui une société d'incinération

    passera récupérer le corps moyennant finance.

     

    Deux options sont offertes :

    Incinération collective

    ou

    incinération individuelle avec restitution des cendres.

     

    Les chèvres mêmes naines ne sont pas classées dans les animaux familiers

    mais dans les animaux ruraux,

    aussi elles ne peuvent être prises en charge par l'assurance de la maison,

    comme le sont les chiens et les chats,

    il leur faut un contrat particulier.

     

    Pour ce qui est de la puce électronique

    là aussi

    la logique est différente.

     

    Selon les termes administratifs

    l'humain est détenteur (pas propriétaire) de ses chiens et chats

    mais il est éleveur de ses chèvres.

     

    Donc pour pucer une chèvre

    il faut commencer par être fiché Éleveur caprin.

    C'est gratuit,

    il suffit de contacter l'EdE qui fournit les n° d'éleveur.

     

    Ensuite on achète des boucles (d'oreilles) numérotées.

    Impossible de les avoir à l'unité.

    Même logique que l'achat de bagues pour oiseaux,

    à une différence près.

    Les bagues d'oiseaux changent de couleur chaque année,

    aussi les non utilisées de 2017 ne peuvent servir en 2018,

    alors que les boucles achetées en 1989 peuvent être utilisées en 2028.

     

    Pour un numéro, donc un individus

    on a pour une oreille : deux plaques avec le numéro,

    et pour l'autre oreille : une plaque avec le numéro

    et une grosse bague numérotée contenant la puce électronique

    ( disons que c'est le poussoir de la boucle d'oreille).

     

    Sur une petite équipe de chèvre comme à la Résultante

    il n'est pas obligatoire de poser les boucles aux oreilles.

    C'est pour cela que vous ne verrez jamais de boucles jaunes aux oreilles

    des Résultoniens caprins.

     

    Je ne le ferai jamais car c'est trop dangereux.

    Les chèvres ont toujours la tête passée dans les grillages,

    enfoncée dans les haies, les ronces.

    Les boucles restent accrochées

    et les oreilles sont déchirées.

     

     

    Chaque année il faut payer 20€ + 1€ par animal.

    (Pour mes 4 boucs cela me fait donc 24€/ an).

     

    A la mort de l'animal,

    les services d'incinérations passent à domicile

    gratuitement

    pour récupérer le corps qui sera incinéré en collectif.

     

    En résumé l'incinération des chiens se paient à leur mort

    alors que celle des chèvres se fait un peu chaque année.

     

     

    Si la chèvre n'est pas bouclée (= pucée)

    soit si ce n'est pas un animal fiché,

    aucun service n'acceptera de l’incinérer.

     

    L’équarrissage n'accepte aucun animal sans papier,

    et les services en lien avec les vétérinaires

    n'acceptent que les chiens, les chats, les NACs

    et les chevaux.

     

     


    17 commentaires
  • Oui on nous en raconte encore et toujours plus,

    des mensonges.

    Le mot Légume n'a aucun sens,

    la plupart des fruits que l'on connait, n'en sont pas,

    et le monde végétal n'est pas comparable aux dires.

     

    Le terme Légume est juste un terme culinaire,

    il résume juste la partie comestible des plantes.

    Pour un botaniste c'est sans intérêt.

     

    Un légume peut être n'importe quelle partie de la plante.

    Exemple :

    Une racine = Carotte,

    une feuille = Salade,

    un fruit = Tomate.

     

    Pour un botaniste le mot fruit est un terme super précis.

     

    Le fruit est un ovaire mature qui contient une graine,

    graine qui contient elle-même un embryon.

     

     

    La fécondation entre un ovule et un grain de pollen donne

    un embryon, également nommé fœtus.

     

    Après que papa plante ait mis son pollen

    dans l'ovule de maman plante,

    l'ovule va durcir et former une graine

    qui va protéger l'embryon.

     

    Ensuite, l'ovaire qui contient toujours l'ovule

    va se transformer, et en général, va devenir sucré

    pour se faire manger par les animaux

    qui vont disséminer les bébés après un court séjour

    dans leur système digestif, ou pas.

     

    Ce que l'on mange dans une pêche,

    c'est l'ovaire gorgé de soleil

    et ce que l'on balance, que l'on nomme noyau,

    c'est l'embryon enfermé dans plusieurs couches protectrices.

     

    Même chose pour les olives, les avocats ou les cerises.

     

    Mais ce n'est pas toujours aussi simple.

    Parfois certains ovaires vont avoir plusieurs ovules :

    Les petits pois.

    Idem pour les tomates, les bananes, les citrouilles,

    pour ne citer qu'elles.

     

    On peut aussi trouver des ovaires collés les uns aux autres.

    C'est le cas des agrumes.

    Chaque quartier des agrumes est un ovaire

    qui contient un ou plusieurs embryons (=pépins).

     

    Encore plus compliqué : l'épi de blé.

    Les ovaires sont tous regroupés ensemble autour d'une tige.

    Pour le maïs c'est pareil.

    Sauf que les tiges sont si courtes

    qu'elles nous semblent disparues.

     

    Et ce n'est pas fini.

    Parfois l'ovaire n'est pas comestible,

    c'est une autre partie qui l'est.

     

    La fraise par exemple n'est pas un fruit.

    Ce sont des centaines de petits fruits secs

    qui sont collés sur un gros renflement de la tige

    qui est rouge et sucré.

    Les bébés sont dans les fruits secs.

     

    Encore mieux que la fraise : la pomme.

    L'ovaire, soit le vrai fruit,

    est enfermé dans le renflement de la tige

    qui l'a complètement avalé.

    C'est exactement pareil pour les poires.

     

    Le champion toute catégorie des complications

    c'est l'ananas.

    On part d'un épi avec pleins de fruits (ovaires) différents

    qui vont fusionner les uns aux autres

    pour donner une masse unie.

    Mais ce n'est pas tout.

    Des petits feuilles vont aussi fusionner dans la masse sucrée.


    22 commentaires
  • Lydia Fairchild : En avez vous déjà entendu parlé ?

    C'est une femme qui a accouché de 4 enfants

    dont aucun n'était génétiquement d'elle.

     

    Après une enquête très poussée

    il s'est avéré que Lydia Fairchild est une Chimère.

     

    Une chimère en biologie

    est une personne qui possède 2 voir plusieurs

    patrimoines génétiques différent dans son propre corps.

    En général, chez les mammifères

    cela se réalise quand quelqu'un absorbe son faux jumeaux.

     

    Alors qu'elle n'était encore qu'un  embryon d'une seule cellule

    Lydia avait une soeur  jumelle ( elle aussi donc, d'une seule cellule).

    Fait rare : ces 2 cellules ont fusionnés

    et ont donné le bébé Lydia.

     

    Les ovules qui ont donné les embryons des enfants de Lydia

    venaient de sa soeur jumelle.

     

     

     

    Nous sommes tous un peu comme Lydia Fairchild :

    des chimères.

     

    4 choses qui font de nous des chimères :

     

     

    1

    Vous être probablement constitués  de cellules qui viennent d'autres humains.

     

    Idée préconçue :

    Je suis un individu constitué d'un tas d'organes

    qui fonctionnent ensemble.

    Les organes sont constitués de pleins de cellules

    et chaque cellule fonctionne en suivant les  instructions

    qui proviennent de ADN qu'elle contient.

    L'ADN, les cellules, les organes sont à moi

    et c'est ce qui fait que je suis MOI.

     

    C'est vrai... sauf que ... oui mais... bof.

     

    Dans ton corps il y a probablement des cellules humaines qui ne sont pas à toi.

    Tu peux être comme Lydia, soit avoir absorbé ton jumeau

    (cas rare),

    mais tu peux aussi avoir des cellules de ton jumeau

    sans l'avoir absorbé.

    Des analyses ont montré que

    8% des faux jumeaux et 20% des triplets

    hébergeaient des globules rouges provenant de leur jumeau.

    La conséquence : ils ont plusieurs groupes sanguins.

     

    Tu n'as pas de jumeau ?

    Cela n'empêche pas d'être une chimère.

     

    Si tu es une mère,

    il se peut que des cellules d'embryons

    des  enfants que tu as porté

    soient passées dans ton corps.

     

    63% des femmes testées possèdent des cellules mâles

    dans leur cerveau.

    Ces cellules venaient probablement

    des fœtus de fils qu'elles avaient porté

    de nombreuses années auparavant.

     

    Si tu n'as pas de jumeau et que tu n'es pas mère

    tu peux être chimère néanmoins.

    70% des gens portent des cellules de leur mère.

     

    2

    Vous êtes constitués de cellules qui ne sont pas humaines.

     

    Pour faire court

    ton corps est un écosystème qui héberge

    toutes sortes d'espèces d'animaux, de champignons, de bactéries,

    que ce soit sur ta peau, dans ton tube digestif,

    sur la membrane de tes yeux, sur tes organes génitaux,

    soit : partout.

     

    L'odeur corporelle est 100% le fruit des bactéries de la peau.

    Mon odeur n'est donc pas moi.

     

    " Mon chéri, mon chat, mon cheval j'adore ton odeur "

    ... Cela casse la poésie !

     

    Dans le corps il y a plus de 100 Billions de micro-organismes,

    ce qui signifie que ton corps à 10 fois plus de cellules

    qui ne contiennent pas ton ADN.

    C'est un peu comme si dans ton tiroir à chaussettes

    sur 100 paires

    seulement 10 paires t'appartenaient.

    D'un coup on se sent beaucoup moins chez soi,

    non ?

     

    Revenons à la flore bactérienne du tube digestif.

    Il est prouvé qu'elle "discute" et influence grandement le cerveau.

    L’anxiété, la dépression, certaines formes d'autiste

    sont liés à des flores intestinales très particulières.

     

    Ce qu'il faut retenir :

    Nous sommes des chimères hommes / Bactéries

    donc des choses que l'on pensait naitre de soi,

    viennent de la partie de soi qui n'est pas soi.

     

    Ok mon chat, maintenant je vais te croire quand tu me dirais

    que ce n'est pas toi qui a léché le beurre.

     

    3

    Nos cellules sont constituées de parties qui ne sont pas humaines.

     

    Dans une cellule,

    il y a le noyau qui porte l'ADN

    et à côté il y a les petites mitochondries

    qui sont chargées de transformer les sucres en énergie exploitable par la cellule.

    C'est en quelque sorte la centrale énergétique de la cellule.

    Sans elles : on est mort.

     

    La mitochondrie est une squatteuse de nos cellules.

    Les premières mitochondries étaient des bactéries qui s'incrustèrent

    dans nos cellules, il y a un peu moins de 2 milliards d'années.

    Sur ces 2 milliards d'années des gènes de la mitochondrie

    sont entrés dans notre propre génome

    rendant la notion hôte / locataire

    de plus en plus flou.

     

     

    4

    Notre ADN est constitué de gènes qui ne sont pas humains.

     

    On l'avait déjà compris avec les mitochondries.

    Elles ne sont pas les seules à être entrer dans notre ADN.

    Des virus ont inséré des bouts de leur génome dans le notre.

    Il existe presque 100 mille fragments de virus dans notre ADN

    ce qui constitue un dixième de notre patrimoine génétique total.

    Certains de ces gènes permettent la formation du placenta.

     

    Donc si tu n'étais pas un peu virus

    tu ne serais pas mammifère.

     

     

    ... Tu verras à force de lire ce blog tu finiras par dire

    "Bonjour mon frère aux  vers de terre".

    Quel sagesse tu auras alors.


    37 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique