• Un travail de "décentrement".

    Qu'a-t-on demandé aux moutons jusqu'à présent ?

    Comment ils convertissent de l'herbe en gigot.

     

    Les moutons sont-ils bêtes parce que ce sont des animaux

    peu sophistiqués

    ou

    sont-ils bêtes parce qu'on leur a posé des questions

    qui ne rendent pas très intelligents ?

     

    Personne ne veut savoir qu'ils établissent des liens de longue durée

    puisqu'ils passent du hangar à la boucherie en un temps court.

     

    Pas plus on s’intéresse au fait

    qu'ils résolvent les conflits en évitant la méthode brutale,

    qu'ils tissent des amitiés

    et

    qu'ils utilisent des mécanismes de réconciliation.

     

    Nombre d'animaux ont des langages bien plus complexes

    que ce qu'on imagine,

    avec des répertoires sémantiques,

    des syntaxes particulières,

    voire des dialectes identifiables d'un groupe à l'autre.

     

    Les animaux ont des expériences.

    Ils raisonnent, c'est-à-dire

    qu'ils sont conscients des situations,

    de ce qu'ils font et des conséquences de leur comportements,

    et qu'ils les anticipent.

     

    Face aux situations imprévues,

    les animaux innovent et font preuve de créativité cognitive.

     

    Ils ont des croyances et des désirs.

     

    Mais l'homme,

    même celui qui se dit "l'ami des bêtes"

    ne s'attache pas à comprendre

    ce qui importe dans sa vie, ce qui y fait sens.

    Pas plus, il ne cherche à comprendre

    où leur intelligence propre se manifeste :

    les liens, l'amitié, les alliances, la transmission,

    les inventions, les histoires qui tissent leur quotidien.

     

    Sans état d'âme on lui enlève son (ses) bébé(s)

    le jour que cela convient à l'homme,

    et d'ailleurs il l(es) a fait avec l'animal choisi par l'homme

    et le jour que cela a convenu à l'homme.

     

    Il vit comme l'homme l'exige.

    c'est l'homme seul qui décide où sera la gamelle,

    l'heure et le nombre des repas. Le menu aussi bien sûr.

     

    C'est l'homme qui décide du lieu où le "panier" est installé,

    où la litière est posée.

     

    Toutes les communications auront lieu

    dans le langage de l'homme.

     

    La sagesse stipule qu'aimer c'est vouloir l'autre heureux,

    mais dites moi,

    si un jour vous étiez kidnappé pour être enfermé avec un géant

    qui vous parle dans une langue étrangère,

    qui vous oblige à uriner aux heures et places qui lui conviennent,

    à dormir, manger, marcher, ...

    selon ses normes et lois,

    pensez vous que vous en tomberiez amoureux

    dans l'heure,

    la semaine,

    l'année,

    jamais ?

     

    Aimer c'est vouloir l'autre heureux.

    Donc aimer c'est passer son temps comprendre l'être face à soi

    et à répondre à l'éternelle question :

    En quoi puis-je t'aider pour te rendre heureux ?

     

    « Petites astuces signées Diana Walstad.Les chèvres. »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 28 Juillet à 23:24

    Oui c'est une question qu'il faut se poser.  Replacer le sujet au centre et non centrer le sujet sur soi même. Mais tellement difficile car comment ne pas raisonner avec des valeurs humaines et parvenir à comprendre et assimiler un ressenti qui est différent de notre approche, même si c'est parfois avec la meilleure volonté ?

      • Samedi 29 Juillet à 12:48

        C'est un vrai travail en effet,

        mais si déjà on se dit

        " je peux faire mieux "

        alors on reste dans l'écoute et c'est énorme.

    2
    Samedi 29 Juillet à 09:53

    Cet article colle parfaitement à ton thème "savoir tend au respect"

    Plus on fera comprendre ( à ceux qui veulent bien ), plus on avancera ver une harmonie animal-humain.

    Bon début de week-end !

      • Samedi 29 Juillet à 12:49

        Tu mets le doigt sur le vrai problème

        VOULOIR.

    3
    Samedi 29 Juillet à 19:41
    Dani et ses Chats

    Effectivement, l'être humain décide

    pour les animaux domestiques, et ceux qui seront mangés.

    Pour les animaux domestiques, ex mes chats,

    j'essaye de les satisfaire, ex si Emi décide de dormir sur le carrelage,

    ou la moquette, ou sur le bas du rideau, je la laisse.

    Peu importe les poils qu'elle laisse sur le rideau, ça se lave.

    Elle sait mieux que moi l'endroit où elle se trouve le mieux. 

    Qui suis-je pour dire :

    le carrelage est dur, elle serait mieux sur un coussin confortable ?

    Déjà que je choisis l'alimentation, et la litière, et l'endroit où ils vivent,

    c'est déjà beaucoup je trouve.

    Comme tu dis si on nous kidnappait,

    pour moi ce serait probablement l'enfer,

    alors faisons au mieux dans le respect de nos animaux.

    Si tu savais comme j'aimerais savoir "miaouter" et tout comprendre !!!

     

      • Samedi 29 Juillet à 22:36

        Être imparfait n'est que normal.

        Ce qui est tragique c'est "je sais ce qui est bon pour toi".

        Et tous ces gens qui posent leur peur sur la vie des autres !!!

        Idem sur leur propre gosse.

        Il n'y a pas que les animaux qui en paient le prix.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :