• Vivre avec la conscience du carnage.

    Nous tuons

    60 milliards d'animaux terrestres chaque année

    sacrifiés à la consommation humaine.

     

    Nous tuons chaque année

    1 000 milliards d'animaux marins chaque année

    sacrifiés à la consommation humaine.

     

    Comment vivre avec la conscience d'un tel carnage ?

     

    A l'âge de l'humanité,

    la vie n'a jamais été aussi menacée. Ce constat est d'autant

    plus  insupportable que toutes les 4 secondes, un enfant de

    moins de 10 ans meurt de faim. En outre, 37 000 personnes

    meurent de faim chaque jour et 1 milliard de personnes sont

    mutilées par la faim.

     

    Pourtant, il n'y a plus de manque objectif de nourriture et

    l'agriculture pourrait même nourrir aujourd'hui jusqu'à

    12 milliards d'êtres humains. En revanche, il y a une

    injustice dans l'accès à la nourriture et sa répartition.

    C'est pourquoi 1 enfant qui meurt de faim est un enfant

    assassiné.

     

    Comment vivre avec la conscience de tous ces meurtres ?

     

    L'acte de tuer, outre sa charge de violence intolérable dans

    la vie présente a, selon le Dalaï-Lama, des conséquences

    karmiques qui se reproduisent dans les vies futures :

     

    Si l'on tue, la violence écourte la vie présente et crée les

    causes karmiques pour être tué dans une prochaine vie.

    Devenir familier avec l'action de tuer signifie que notre

    esprit deviendra plus enclin à  s'engager dans cette action

    à  l'avenir. Si nous tuons dans cette vie, nous renaîtrons

    avec un plaisir à tuer. On peut en voir une illustration dans

    l'attitude des jeunes enfants. Certains semblent apprécier

    délibérément l'acte de tuer. A la vue d'un insecte, ils se

    précipitent et le piétinent en riant gaiement, ou alors ils

    capturent des animaux et les torturent à mort. De telles

    actions sont le signe d'une familiarité avec le meurtre,

    acquise dans des vies précédentes. A l'opposé, le fait que

    certains enfants montrent de la  compassion et ne puissent

    supporter la vue d'un être blessé démontre la  manière dont

    les graines karmiques positives peuvent influencer nos vies

    depuis la naissance.

    « Le chien.Des voix dissidentes. »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 29 Juin à 22:23

    Il y a une quinzaine d'années , j'ai entendu une émission à la radio qui parlait du transport ignoble des animaux  vers l'abattoir et brutalement ma conscience s'est déverrouillée . Après, j'ai enchainé des tas de lectures et ma vie a changé , comme une évidence le végétalisme s'est imposé .
    Ce qui est sûr c'est que de savoir fait qu'on ne peut plus vivre pareillement, il y a toujours une ombre au tableau.

    2
    Samedi 30 Juin à 07:19

    Bon texte dans cet article.

    Quelles que soient ses idées, tant que l'on ne comprendra pas que si l'on continue avec le manière actuelle de se  nourrir on va droit dans le mur, on n'avancera pas et surtout on va à la catastrophe.

    Le pire c'est peut être "l'occidentalisation" de certaines populations pour la nourriture par la force du pognon et de la volonté de vendre à tout prix.

    On pourrait en effet gérer la surpopulation humaine mais pas ainsi, ce n'est même plus une question de mode alimentaire ou d'idées de chacun mais de survie ! Et comme toujours qui va en pâtir en premiers ? Les plus faibles.

    Oui des enfants meurent de faim et comme tu dis ce sont bien des meurtres, meurtres collectifs de surcroît ..

    Mais qui s'en soucie "en haut" ? on raisonne à court terme (pib, déficit, économie, cac 40, croissance et autres nouveaux dieux de notre soit-disant civilisation) sans penser au futur ... qui est juste là devant nous.

     

      • Samedi 30 Juin à 13:57

        Je viens du blog de la fourmi : un beau torrent, une grosse falaise = Conclusion une construction entre les 2.

        L'homme est son pire ennemis.

    3
    Samedi 30 Juin à 18:39

    Certains s'éveillent tandis que d'autres persistent alors même qu'ils ont le savoir. Je me suis vue recevoir des recettes de cuisine pour l'agneau sur FB à Pacques car j'invitais  ceux qui me lisent à la réflexion : Pas d'agneau dans mon assiette, il reste avec sa mère ... un exemple parmi tant d'autres. Ce qui est encourageant est que beaucoup de jeunes sont ouverts sur la question.

    4
    Dimanche 1er Juillet à 04:41

    'est bon les framboises, j'en ai aussi pas mal à la maison,

    Les fraises des bois ont également bien "donné"

    5
    Dimanche 1er Juillet à 10:08

    J'ai apprécié le commentaire de Jean-Marc.

    Pour moi : un seul mot ( toujours le même) Fric !

    6
    Dimanche 1er Juillet à 14:43

    C'est terrible...

    Cela me chavire le coeur...

    Bises

    7
    Lundi 2 Juillet à 11:00

    Bon début de semaine !

    8
    Lundi 2 Juillet à 20:33
    Dani et ses Chats

    Il fait super chaud,

    on dirait que ça tourne à l'orage ???

    et j'ai 31° dans la pièce où je suis ...

    donc j'abrège  ^-^

    Je reviendrais lire et commenter.

    En plus "je me suis pété" le dos !

    Juste que j'ai mangé des framboises la semaine dernière,

    comme les CdI et les oiseaux  ^-^

    Biz

    ps : Perle va très bien, ça s'est mieux passé qu'en 2014  (le détartrage)

      • Mardi 3 Juillet à 11:07
        Ici on a eu jusque 30 à l'étage, c'est pour cela que Wilouby est mieux à la cave.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :