• L'avantage aérien.

     

    Quand on pense aquarium et plantes

    on les voit toujours immergées dans l'eau

    et on oublie les flottantes, les palustres,

    celles que l'on nomme amphibies.

     

    Ces plantes ont l'avantage de profiter du C02 de l'atmosphère,

    de la lumière naturelle puisque l'air bloque beaucoup moins la lumière

    que l'eau aux molécules beaucoup plus compactées.

     

    Les avantages de ces plantes ont au nombre de 4 :

     

    1) Une croissance bien plus rapide.

    En apparence elles poussent moins vite que par exemple

    une ceratophyllum ddemersum

    mais l'apparente exubérance du ceratophyllum est due au fait

    que son volume est largement composé d'eau.

    Le % de matière sèche des plantes aquatiques est ~7%,

    une plante émergée a ~20% de matière sèche.

     

    2) Une utilisation plus efficace du dioxyde de carbone.

    Le C02 se diffuse beaucoup plus facilement dans l'air que dans l'eau,

    même si la concentration de C02 dans l'air est plus faible que celle de l'eau.

     

    3) Une meilleure oxygénation des racines.

    Au niveau des racines il n'y a pas de photosynthèse

    donc il faut bien y faire venir l'oxygène.

    Les plantes émergées ont un accès plus facile à l'O2 puisqu'elles ont celui de l'air.

     

    4) Activité biologique augmentée par les plantes flottantes.

     

    Mais il y a des inconvénients d'être un milieu aquatique.

     

    1) Le C02 se diffuse lentement.

    Les plantes ont du mal à y accéder.

     

    2) L'oxygène se diffuse mal dans l'eau,

    donc les plantes vont avoir du mal à évacuer l'oxygène qu'elles produisent par la photosynthèse

    aussi elles vont garder une partie de l'oxygène dans leur tissus,

    ce qui fait que les plantes aquatiques vont opérer à la fois

    de la photosynthèse et de la respiration.

     

    3) Le substrat est partiellement anaérobie.

     

    Résultat de tout cela

    les plantes aquatiques se sont adaptées à vivre dans l'eau

    mais leur activité biologique est réduite comparativement aux plantes terrestres.

     

    Quelles précisions :

     

     --- Le CO2

    Le dioxyde de carbone aérien n'impose aucune limite.

    Des études ont montré que quand on enferme des plantes émergées

    dans une atmosphère dont on a augmenté la quantité de C02

    les plantes augmentent leur activité photosynthétique de manière très importante.

    Si dans l'eau on fait des injections de C02

    les plantes vont aussi augmenter leur activité photosynthétique

    mais de façon bien plus limitée.

     

    --- La lumière

    De ma même manière les plantes émergées semblent exploiter la lumière sans limite

    plus il y a de la lumière, plus elles sont contentes

    et cela se passe très bien.

    Au contraire les plantes aquatiques n'ont pas d'intérêt à être fortement éclairées.

    Les plantes aquatiques sont des plantes d'ombres

    qui n'aiment pas les fortes lumières.

    Par contre on aura un petit avantage avec les plantes aquatiques

    car certaines d'entre elles vont mieux exploiter les basses lumières que les plantes émergées.

    C'est ça l'inconvénient des plantes émergées :

    il leur faut beaucoup de lumière.

     

    Beaucoup de plantes émergées auront une capacité exceptionnelle à oxygéner leur rhizosphère

    soit la masse des racines.

    Elle dispose de tout un réseau de canaux dans les tiges, entre les feuilles et les racines,

    qui vont permettre de récupérer de l'oxygène de l'air

    de le véhiculer jusque dans les racines

    et donc de l'utiliser et de l'évacuer au niveau des racines

    autant pour faire vivre les racines que pour oxygéner la rhizosphère

    et le C02 ainsi produit sera évacuer par un réseau de retour aux feuilles émergées

    et les feuilles émergées pourront même utiliser une partie du CO2 pour leur photosynthèse.

     

    Grâce à cette grande capacité d'oxygénation des racines

    les plantes émergées vont être capable de survivre dans des milieux extrêmement anaérobie.

     

    L'oxygénation des racines va servir à quoi ?

    --- Pour leur survie : faire fonctionner leur métabolisme.

    --- Contrer les effets toxiques des métaux lourds comme le fer par exemple.

    --- Se protéger du sulfure d'hydrogène qui est extrêmement toxique.

    Pourquoi ? Simplement parce que l'oxygène qui sera évacué par les racines

    va entretenir une population de bactéries qui sera capable de traiter

    le sulfure d'hydrogène et de l'éliminer.

    --- Permet la vie de mycéliums symbiotiques.

    C'est-à-dire des sortes de champignons qui vont vivre en symbiose

    avec la racine et qui vont leur permettre de mieux capter les nutriments.

     

    Les plantes flottantes vont jouer un rôle très important

    dans l'écologie de l'aquarium grâce à leurs racines directement dans l'eau.

     

    Plantes flottantes = pistia stratiote - jacinthe d'eau

     

    Leurs racines dans l'eau vont abriter toutes une faune

    comme les protozoaires, les paramécies (organisme unicellulaire)

    qui sont elles-même bactériophages. Bactéries trouvées dans le système racinaires des plantes flottantes.

    Les alevins qui ont une très petite bouche

    vont en plus de pouvoir profiter de l'abri des racines

    trouver toute une microfaune pour se nourrir.

     

    Comment profiter de l'avantage aérien en aquarium ?

     --- Déjà en ajoutant des plantes flottantes.

    Pensez à ouvrir le couvercle de l'aquarium pour faciliter la circulation de l'eau

    et offrir plus de lumière dont sont très exigeantes les plantes émergées.

    --- On peut aussi baisser le niveau de l'eau afin d'offrir un espace aux plantes

    sous les néons de l'aquarium.

     

    Surtout quand une plante sort de l'eau

    comme c'est un avantage pour elle,

    il ne faut pas la couper.

    Elles vont pouvoir produire plus de matière sèche, assainir l'eau de manière plus efficace.

     

    Pensez aussi que les plantes flottantes ont un avantage

    au niveau de l'assainissement de l'eau.

    On les retrouve d'ailleurs dans les stations d'épuration de l'eau.

    Elles fixent en plus des métaux lourds, les pesticides.

     

    Elles ont la capacité de traiter l'eau de l'aquarium,

    de loger ce qui nourrira les alevins,

    d'empêcher que l'eau ne devienne un bouillon de culture avec des bactéries pathogènes

    et aussi la prolifération des algues.

     

     


    1 commentaire
  • Quand il y a les fils et les filles

    sur que oui vrai

    Cousin Erguit

    il est là aussi.

     

     

    Et cousine elle fait son débarquage ...

    pour du grand saccage d'harmonie.

    Égale : Bye bye tous.


    6 commentaires
  • Les filles de Sereine

    Eichane & Kizende

    mais pas de Anton

    parce que bon

    elle a été longtemps vieille fille Godiche

    avant d'être Dame de Baeza

    la belle aimée d'Anton son soupirant.

     

     

     

    Tout pareil que le matin des fils.


    5 commentaires
  • Les fils

    Wilouby & Damoizo

    un dimanche matin à mon réveil.

     


    7 commentaires
  • Page 230 :

     

    La dénonciation de la violence est indispensable,

    écrit la philosophe Corine Pelluchon, mais il faut prendre garde

    à ne pas installer une sorte de concurrence entre les victimes

    de la domination (les femmes, les enfants, les pauvres, celles

    et ceux qui subissent le racisme ou toute autre forme de

    discrimination, les animaux). Car toutes les violences sont liées ;

    elles s'enracinent dans le même penchant au mal.

     

    Page 231 :

     

    Les fers de lance de la lutte contre l'esclavage ont souvent été

    les précurseurs de la défense animale. William Wilberforce (1759-1833),

    l'un des leaders du mouvement pour l'abolition de l'esclavage

    en Angleterre, a été l'un des cofondateurs de

    la Royal Société for the Prevention of Cruelty to Animals,

    la sociétébritannique de protection des animaux,

    la première du genre au monde.

    Victor Schoelcher, qui est à l'origine du décret qui abolit

    définitivement l'esclavage en France, était engagé pour la

    protection des enfants, l'émancipation des femmes, contre la peine de mort.

     Il a également soutenu la protection animale.

    L'écrivain américain Henry David Thoreau

    fut un virulent adversaire de l'esclavage, au point qu'il prit parti

    publiquement en 1859 en faveur de l'activiste abolitionniste

    John Brown, condamné à mort et pendu pour insurrection.

    Il défendit également le végétarisme.

     

    Pages 231 & 232 :

     

    Victor Hugo a lui aussi été le président d'honneur de la

    première Ligue française contre la vivisection, qui a

    été créée en 1882, et a fait partie de ceux qui ont

    soutenu la loi Grammont en 1850, la première grande loi de

    protection animale en France. Victor Hugo est l'écrivain

    le plus célèbre de notre pays, et pourtant peu de gens

    connaissent son engagement pour les animaux, lié à

    tous ses autres combats, à commencer par celui contre

    la peine de mort.

     

    Page 232 :

     

    Zola a toujours vécu entouré d'animaux. Ses chiens se sont appelés

    Bertrand, Raton, Fanfan, Bataille, Voriot ou Pinpin.

    Dans sa maison de Médan, l'écrivain avait constitué une petite ferme

    avec cheval, vaches, poules, pigeons, lapins, et des familles de chats.

    En 1896, moins de deux ans avant son "J'accuse" lors de l'affaire

    Dreyfus, il publie dans le Figaro un édito intitulé

    " L'amour des bêtes ",

    dans lequel il écrit ces lignes :

    " Pourquoi la souffrance d'une bête me bouleverse-t-elle ainsi ?

    Pourquoi ne puis-je supporter l'idée qu'une bête souffre,

    au point de me relever la nuit, l'hiver, pour m'assurer que

    mon chat a bien sa tasse d'eau ?

    Pourquoi toutes les bêtes de la création sont-elles mes petites parentes,

    pourquoi leur idée seule m'emplit-elle de miséricorde, de tolérance

    et de tendresse ?

    Pourquoi les bêtes sont-elles toutes de ma famille,

    comme les hommes, autant que les hommes ?"

     

    Page 233 :

     

    Esclaves, enfants, femmes, animaux :

    chaque fois, le même souci de lutter contre l'exploitation

    des plus faibles par les plus forts.

    Nombreux sont les intellectuels qui ont, au cours des

    siècles derniers, appelé à la fin de l'exploitation animale

    ou qui ont simplement demandé que cessent les traitements

    les plus barbares à l'égard des animaux.

    Montaigne et Rousseau figurent au premier rang de ces

    animalumanistes, mais on pourrait s'attarder sur les lignes

    écrites par Tolstoï, Marguerite Yourcenar (végétarienne

    afin de ne pas "digérer d'agonies") ou encore

    Romain Gary.

     

     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires