• C'est jusqu'au 1 septembre.

     

    http://tongfie.fiersdecooperer.fr/

     

    Votons chaque jour pour anton.


    300 commentaires
  • On reconnait les mâles des femelles

    par leurs couleurs plus vives.

     

    Les pigeons que l'on trouve en ville

    sont de la race Biset.

     

    Pourquoi préfèrent-ils la vie en ville que la vie à la campagne ?

     

    A l'origine les pigeons nichent dans les falaises

    aussi les immeubles sont pour eux 

    une sorte de falaises modernes.

     

    Un pigeon "normalement" mange

    50 grammes par jour de céréales + insectes.

    Dans la ville, ils se sont adaptés,

    ils ont varié leur alimentation.

     

    L'homme songe toujours aux nuisances dues aux pigeons.

    Il ferait bien de le remercier pour les déchets qui disparaissent

    car consommés par les pigeons.

     

    Méditons un peu :

    50g x le nombre de pigeons

    de déchets enlevés de la ville chaque jour.

     

    Un pigeon se dirige grâce au champ magnétique terrestre.

    Même si suivre le champ magnétique le fait rallonger son vol de 100 km

    il ne le quittera pas,

    un peu comme un humain reste sur l'autoroute

    alors qu'il pourrait utiliser les départementales.

     

    Depuis 5 000 ans les hommes utilisent les pigeons

    pour se passer des informations.

     

    Un pigeon voyageur n'est pas un pigeon que je vais sortir de cage chez moi,

    qui va aller chez Martine,

    et qui va revenir chez moi.

     

    Le pigeon voyageur ne fait que des retours, aucun aller.

     

    Les pigeons vivent en couple pour toujours.

    Si on sépare le mâle de sa femelle,

    il va voler pour la retrouver.

    Voilà la logique du pigeon voyageur.

     

    Le pigeon n'ira chez Martine que si il sait sa femelle là-bas.

    Donc pour qu'il parte de chez moi

    il lui aura fallu y être transporté préalablement et surtout

    cela se sera produit contre sa volonté.

     

    Le pigeon dès qu'il sera libéré de la prison qui le tient éloigné de sa compagne

    s'envolera pour la rejoindre.

    Il peut faire 5 000 kilomètres par amour.

     

    Le record :

    un pigeon a parcouru 11 500 kilomètres

    en 24 jours.

     

    Si c'est le mâle qui reste au pigeonnier

    que c'est la femelle que l'on éloigne,

    elle ne songera pas à rentrer.

    A une exception prêt : Si elle a des bébés.

     

    En 2015 un pigeon champion, fils de champions des pigeons voyageurs

    a été acheté par un chinois 350 000 euros.

    Nous sommes là en pleine chosification.

     

     


    21 commentaires
  • Selon Aristote

    les chèvres n'ont pas de stabilité,

    elles sont vives et versatiles.

    Elles sont libres et ne semblent suivre aucune loi.

     

    La vérité :

     

    Les chèvres ont une énorme mémoire.

    En très peu de répétitions elles peuvent comprendre quelques choses

    et si des années plus tard

    le même scénario se reproduit

    elles savent comment s'en brouiller, elles n'ont pas oublié l'avoir déjà vécu.

     

    Beaucoup d'espèces apprennent socialement,

    c'est-à-dire qu'un individu imite un second qui sait.

    Les chèvres sont des animaux qui n'en font qu'à leur tête,

    autrement dit elles "trouvent" toute seule.

    Les actions des autres restent à autres,

    il n'y a pas d'apprentissage par copiage.

    Elles ne semblent pas se soucier des compétences des copines.

     

    En parlant de copines justement :

    Les chèvres vivent en groupe de 4 à 300.

    Elles y instaurent une hiérarchie.

    Elles vivent selon ce que l'homme nomme

    une logique de société de fission - fusion,

    c'est-à-dire qu'en journée pour paître,

    elles forment des petits groupes.

    Petits groupes qui s'unissent le soir pour en former de plus grands.

     

    Tel nos cousins les primates,

    les chèvres forment des coalitions et des alliances.

    Elles sont capables de se réconcilier après une bataille.

     

    Vivre avec une chèvre c'est être témoin de leur prodigieuse alliance

    intelligence / mémoire.

     

    3 anecdotes :

     

    Ma chère chef Kiana.

    En automne 2009 je l'ai emmenée 1 fois chercher des glands sous un chêne.

    Depuis à la saison des glands

    elle "fugue" chercher ses glands.

    On n'est jamais mieux servi que par soi-même.

     

    Une vieille chèvre fatiguée se voulant tranquille

    allait dans un box

    et s'y enfermait en tirant sur le loquet.

     

    Une autre, dans un établissement aux box collectifs

    rentrait avant les autres et s'enfermait dans un box.

    Les autres chèvres arrivaient et devaient aller ailleurs

    sauf une, son amie.

    Alors elle lui ouvrait, et refermait dès les fesses passées.

     

    Dernières choses.

    Les chèvres comme les hommes ne sont pas toutes d'humeur égale.

    Une étude a été faite à partir de six groupes.

    - Des boucs n'ayant subi aucun acte de cruauté,

     - des boucs ex maltraités sauvés depuis 2ans,

    - des boucs ex maltraités sauvés depuis 7 ans.

    Idem des 3 groupes avec des filles.

     

    Côté boucs

    il ne ressort aucune différence d'humeur

    alors que chez les filles,

    celles qui ont subi des traumatismes

    sont bien plus optimistes, enjouées, que celles "heureuses" depuis leur naissance.

     


    10 commentaires
  • Qu'a-t-on demandé aux moutons jusqu'à présent ?

    Comment ils convertissent de l'herbe en gigot.

     

    Les moutons sont-ils bêtes parce que ce sont des animaux

    peu sophistiqués

    ou

    sont-ils bêtes parce qu'on leur a posé des questions

    qui ne rendent pas très intelligents ?

     

    Personne ne veut savoir qu'ils établissent des liens de longue durée

    puisqu'ils passent du hangar à la boucherie en un temps court.

     

    Pas plus on s’intéresse au fait

    qu'ils résolvent les conflits en évitant la méthode brutale,

    qu'ils tissent des amitiés

    et

    qu'ils utilisent des mécanismes de réconciliation.

     

    Nombre d'animaux ont des langages bien plus complexes

    que ce qu'on imagine,

    avec des répertoires sémantiques,

    des syntaxes particulières,

    voire des dialectes identifiables d'un groupe à l'autre.

     

    Les animaux ont des expériences.

    Ils raisonnent, c'est-à-dire

    qu'ils sont conscients des situations,

    de ce qu'ils font et des conséquences de leur comportements,

    et qu'ils les anticipent.

     

    Face aux situations imprévues,

    les animaux innovent et font preuve de créativité cognitive.

     

    Ils ont des croyances et des désirs.

     

    Mais l'homme,

    même celui qui se dit "l'ami des bêtes"

    ne s'attache pas à comprendre

    ce qui importe dans sa vie, ce qui y fait sens.

    Pas plus, il ne cherche à comprendre

    où leur intelligence propre se manifeste :

    les liens, l'amitié, les alliances, la transmission,

    les inventions, les histoires qui tissent leur quotidien.

     

    Sans état d'âme on lui enlève son (ses) bébé(s)

    le jour que cela convient à l'homme,

    et d'ailleurs il l(es) a fait avec l'animal choisi par l'homme

    et le jour que cela a convenu à l'homme.

     

    Il vit comme l'homme l'exige.

    c'est l'homme seul qui décide où sera la gamelle,

    l'heure et le nombre des repas. Le menu aussi bien sûr.

     

    C'est l'homme qui décide du lieu où le "panier" est installé,

    où la litière est posée.

     

    Toutes les communications auront lieu

    dans le langage de l'homme.

     

    La sagesse stipule qu'aimer c'est vouloir l'autre heureux,

    mais dites moi,

    si un jour vous étiez kidnappé pour être enfermé avec un géant

    qui vous parle dans une langue étrangère,

    qui vous oblige à uriner aux heures et places qui lui conviennent,

    à dormir, manger, marcher, ...

    selon ses normes et lois,

    pensez vous que vous en tomberiez amoureux

    dans l'heure,

    la semaine,

    l'année,

    jamais ?

     

    Aimer c'est vouloir l'autre heureux.

    Donc aimer c'est passer son temps comprendre l'être face à soi

    et à répondre à l'éternelle question :

    En quoi puis-je t'aider pour te rendre heureux ?

     


    6 commentaires
  • Avoir des aquariums naturels plantés

    peut parfois sembler être un véritable casse-tête.

     

    Voici 3 questions / Réponses

    pour nous aider au quotidien.

     

    Comment attraper un poisson dans un aquarium très densément planté ?

     

    Il faut penser à cela dès la conception du bac.

    Dans l'un des angles il faut mettre une plante à rhizome 

    style Anubia ou fougère de Java,

    plante qui ne se met pas dans le sol

    mais sur une roche ou une racine.

     

    Pourquoi ?

     Parce que voilà l'astuce.

     

    Quand on veut attraper un poisson en particulier,

    on attend qu'il aille autour de cette plante.

    Alors on glisse une plaque qui coupe l'aquarium en deux parties.

    L'une avec la plante à rhizome et le poisson voulu.

     L'autre où évoluent les poissons que l'on ne veut pas stresser.

     

    Alors on enlève la roche ou la racine où s'est fixée la plante.

    Nous obtenons un espace de nage bien dégagé

    où il sera des plus faciles de récupérer le poisson.

     

    Ensuite on replace la plante

    et on enlève la séparation.

     

     

    Quelle quantité de nourriture donner à mes poissons ?

     

    La dose de nourriture ne dépend pas du nombre de poissons

    mais de la superficie du bac.

    La nourriture non consommée par les poissons sera pour les plantes.

    Les escargots aideront les bactéries

    à la leur rendre assimilable.

    Si on ne met que la nourriture nécessaire aux poissons

    le sol s'appauvrira à terme.

    Il faudra fertiliser le sol avec des engrais

    et là nous ne sommes plus dans la méhode

    des aquariums naturels plantés.

     

    Des bulles de gaz remontent du sable. Dois-je m'en inquiéter ?

     

    Pour répondre à cette question

    il faut observer les plantes et les poissons.

    Vont-ils bien ?

     

    Si non, le gaz est toxique.

     

    Cela vient du fait que le sol est en anaérobie ( = privé d'oxygène) et donc fermente.

    Avant de songer à tous détruire,

    on va juste s'armer d'un couteau.

    On va enfoncer sa lame dans le sable pour faire des tunnels dans lesquels

    l'eau riche en oxygène entrera.

    Cela peut suffire à rendre un sol anaérobie, aérobie.

     

    Si les poissons et les plantes vont bien,

    le gaz qui remonte du sol est un bien fait.

    Pourquoi ?

    Parce que pour se former les bulles doivent pousser le sable

    puis pour remonter elles doivent créer de petits tunnels

    tel le fait une lame de couteau.

     

    Les bulles d'air sont comme des vers de terre,

    elles aèrent le sol.

    Soyons en heureux.

     


    4 commentaires